Histoire de la propreté

Histoire de la propreté:

Source Georges Vigarello interview express 21/08/18
« Le propre et le sale »
« Le sain et le malsain »

Dans l’histoire ancienne la propreté a longtemps été une notion liée à la religion tout en se limitant aux mains, au visage et aux pieds.

Au milieu du Moyen Age, la religion considère le bain comme purificateur mas il est surtout lié aux pratiques des maisons closes. En 1347,  l’apparition de la peste ne va pas aider à l’utilisation de l’eau: celle-ci va, en effet, apparaitre comme très dangereuse : elle est tenue comme responsable de la propagation des bactéries, on accuse les vagabonds d’empoisonner les puits…..

Commence alors la période de toilette sèche. On se frotte et on change de linge régulièrement pour les plus riches. C’est la blancheur du linge qui témoigne du niveau de propreté. Le bain devient signe de mauvaise santé puisque il est utilisé à usage médical seulement.

Petite anecdote : à Versailles, on défèque sous les escaliers et les parfums estime-t-on purifie l’air. Ils sont le symbole de la propreté. On lave ses mains avant de passer à table mais on ne retire pas sa perruque de peur que quelques bêtes ne tombent de la tête de tout un chacun.

Puis l’avancée de la médecine et la compréhension du corps dans son ensemble vont permettre de faire apparaitre la notion de tonicité et de bien-être. Ainsi on commence à prendre des bains pour son bien-être et on trempe les enfants pour renforcer leur tonicité.

Le XIXème marque une vraie accélération dans le processus d’hygiène : les baignoires font leur apparition dans les hôtels et les demeures bourgeoises et les baigneurs avec leur carriole et leur citerne font fortune.

Dorénavant, la propreté est considérée comme un vecteur social fort : elle permet une discipline, un ordre moral, elle rend résistant elle doit donc être accessible à tous.
C’est la naissance de l’hygiène publique !!

On passe de 7 litres de consommation d’eau par habitant au début du 19 à 200 litres à la fin du siècle.

Puis, Pasteur permet d’inculquer que la propreté est signe de bonne santé.
On passe à la notion de propreté totale : tout le corps doit être lavé (langue, dents compris)

Et aujourd’hui… Le bain, par exemple, est lié à nouveau à la notion de bien-être et de décontraction, l’hygiène se lie au sport, les soins dentaires sont primordiaux bref… L’histoire n’est pas finie…

 

 

L’ Express, G.Vigarello  » Le propre et le sale  » ( Seuil)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(http://blog-maege.fr/wp-content/uploads/2018/09/cercle-eau.jpg);background-size: contain;background-position: center center;background-attachment: scroll;background-repeat: no-repeat;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 620px;}